Pour prendre une bonne décision, écoutez vos intuitions !

L’art de prendre une bonne décision repose souvent sur le fait de faire confiance à ses intuitions. Etonnant quand on a plutôt tendance à penser que pour prendre des bonnes décisions il faut au contraire tout rationnaliser !

L’importance de l’intuition dans la prise de décision a été mise en évidence par Jagdish Parikh, chercheur à la Harvard Business School. Dans une de ses études menée à la fin des années 90, -considérée comme une référence sur le sujet-, il révèle ainsi que parmi les 13 000 cadres supérieurs interrogés, 80% d’entre eux attribuent leur succès en affaires à l’intuition… Mais seulement 50% d’entre eux sont prêts à l’admettre ouvertement !

Mais attention, cela ne veut pas dire qu’il faut prendre des décisions de manière impulsive, sans mesurer les conséquences et les retombées de ces décisions. Comme le précisait Freud, « lorsque nous prenons des petites décisions, il est préférable d’analyser les pour et les contre. Pour les sujets vitaux, la décision doit venir de l’inconscient, d’un lieu reculé de notre intérieur.»

Il y a donc décision et décision ! Ce qui est abordé ici ce sont des décisions majeures, des choix stratégiques, professionnels et personnels, pour lesquels il est indispensable au préalable de peser le pour et le contre, mesurer les impacts, évaluer les conséquences … mais une fois que l’on a pris le temps de rationnaliser, avec si nécessaires de données factuelles ou chiffrées, il faut aussi savoir s’écouter !

Ecoutez vos émotions

Vous vous sentez excité, joyeux, impatient à l’idée de faire quelque chose? Au contraire, vous ressentez de la tristesse, de l’hésitation, un sentiment de malaise ou une peur diffuse à l’idée de prendre telle décision? Ces émotions sont un indicateur de vos émotions à l’égard d’une décision à prendre.  Et les signaux corporels qui les accompagnent sont souvent de très bons indicateurs de vos émotions : tension ou détente musculaire, douleur d’estomac ou de tête, accélération du rythme cardiaque, des signaux propres à chacun mais qui en disent longs sur ce qui se passe en nous. Prenez donc le temps de les observer …

Concentrez-vous sur l’essentiel

Notre cerveau traite des millions d’informations à la minute …mais n’en retient que quelques uns. Inutile donc de s’embarrasser d’informations inutiles qui nous ferons nous éloignez de l’essentiel. Trop d’informations diminuent l’attention et justement il est indispensable, pour prendre une décision, de se concentrer sur ce qui est fondamental.

Aérez-vous l’esprit !

A force de tourner les questions dans votre tête vous n’arrivez plus à savoir quel choix faire. C’est le moment de vous aérer, d’oxygéner votre cerveau en vous offrant une petite marche en plein air. Laissez votre portable sur le bureau et partez vous balader au hasard, sans but précis et si possible sans réfléchir. Portez votre attention sur ce qui vous entoure, écoutez les bruits et ressentez les odeurs. Progressivement votre cerveau va se libérer du stress, vous allez sentir retomber la pression et qui sait, peut être que la solution va alors s’imposer à vous comme une évidence !

Faites confiance à votre ressenti

Les deux seuls psychologues à avoir reçu un prix Nobel en économie, Simon (1968) et Kahneman (1979), ont été récompensés pour avoir contribué à discréditer le mythe de la prise de décision rationnelle et de nombreuses études empiriques ont démontré l’importance du ressenti dans la prise de décision. Votre intuition est donc potentiellement capable de vous guider vers les bons choix, à condition de lui permettre de s’exprimer. Pour ce faire, prenez quelques minutes pour vous centrer sur vous-même en respirant profondément. Puis posez-vous cette simple question, à laquelle vous ne pouvez répondre que par oui ou non: « Est-ce que je le sens ou pas? ».

 

La culture de l’intuition est aujourd’hui un facteur clé d’efficacité et d’évolution pour l’entreprise : en stimulant l’intelligence sensible et émotionnelle des individus, on mobilise leur créativité, on favorise la synergie et on accroît leur motivation.

“Lorsque nous prenons des petites décisions, il est préférable d’analyser les pour et les contre. Pour les sujets vitaux, la décision doit venir de l’inconscient, d’un lieu reculé de notre intérieur.» Sigmund Freud

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *